Imageries classique de la SEP

Dr Bruno Stankoff
00
imagerie.png Présentation par Bruno Stankoff
Aspects diagnostiques de Mise en évidence de Aspect évocateur de plaques bissémination dans espace bissémination dans le temps Lésions inflammatoires Quelles conditions d’examen de la SEP ?
1_99.png Que met-on en avant lors du diagnostic ? Les lésions de la substance blanche
Diagnostic différentiels m e t b o Diagnostics différentiels
bissémination spatiale et prédiction de après un premier épisode Dissémination spatiale et prédiction de SEP après un premier épisode démyélinisant
Apport de injection de Traduit la rupture de barrière associée à inflammation (mais pas le processus inflammatoire lui • Le rehaussement peut annulaire ou global • Une lésion est en règle quelques semaines (moins de 3 mois) • La visualisation de lésions rehaussées sur deux examens successifs témoigne de la dissémination radiologique (et de la nature inflammatoire de lésion) Apport de I’ injection de gadolinium
Les critères de 2005 bissémination spatiale bissémination temporelle 1 lésion médullaire 1 Une lésion rehaussée lésion par le gadolinium à 3 mois ou plus 1 lésion médullaire 1 lésion encéphalique Ou Apparition une nouvelle les lésions médullaires lésion en T2 (à 1 mois) pour atteindre les 9 T2 IRM et diagnostic : les critères de Mac Donald: 2005
Diagnostic Criteria for Multiple 2010 to the McDonald Criteria Critères de Dissémination Au moins une lésion T2 dans au moins 2 sur 4 des sites du SNC typiques de la Médullaire D ‘après Ann Simplification des critères IRM de DS+
Diagnostic Criteria for Multiple 2010 to the McDonald Criteria Critères de Dissémination Présence simultanée de lésions asymptomatiques rehaussées et non rehaussées par le à tout moment Ou Une nouvelle lésion T2 par la indépendamment du temps écoulé depuis initiale D Ann 2011:69:292-302 Simplification des critères IRM de DT+
Les lésions corticales double • r Les lésions corticales
diagnostique des lésions corticales pour affirmer la dissémination spatiale? Intérêt diagnostique des lésions corticales pour affirmer la dissémination spatiale ?
Lésions macroscopiques Faible spécificité des lésions visibles en T2 • Corrélation modeste entre la charge lésionnelle T2 et le handicap neurologique et 1998)... ou pas de corrélation dans certaines études Effet plateau au dessus un certain seuil de handicap Li et 2006) Valeur prédictive de des effet T2 du traitement à 1 an 70 de prédiction de sur poussées ultérieures et aI, 2011) Elements pronostics sur une IRM classique
conventionnelle et handicap: Ce que n’ explore pas cérébrale Nerfs optiques: Atteinte fréquente Faire des coupes de 3 mm, Moelle: Peut retrouver des plaques asymptomatiques Peu sensible mais spécifique Coupes fines (3 sagittales et axiales Ce que n'explore pas l'IRM cérébrale
Valeur pronostique de cérébrale initiale A 20 ans et 2008) Nombre de lésion T2 à À 20 ans 27(6%) 4(18%) 3(15%) 6(19%) CDMS 7(21%) 18(82%) 17(85%) 25(81%) EDSS 9 (26%) 8 (36%) 10 (50%) 20 (65%) 2(6%) 4(18%) 14(45%) Valeur pronostique de I’IRM cérébrale initiale
Lésions et formes secondairement progressive... Progression charge lésionnelle T2 0,8 /an sur 20 ans dans le groupe resté rémittent mi/an sur 20 ans dans le groupe passé à la forme secondairement progressive Lésions T2 et formes secondairement progressives
atrophie cérébrale Mesure de la Fraction) Très reproductible Peu spécifique Sensible au changement Réduction de 0.5 à dans la (0.1-0.3% chez sujet normaux) atrophie 3b en bleu atrophie à 1 an intervalle Mesure de Mesure de l'atrophie cérébrale
linéaires de atrophie? TVW (3ème ventricule): de l’atteinte de la et 56 profonde (R avec avec cognitive Marqueurs linéaires de I’atrophie
Mesure de l’atrophie? Mesure globale de atrophie: Mesure de atrophie de la substance grise? Mesure de l’atrophie ?
Atrophie de la 56 et stade de la maladie in Multiple A Atrophie de la SG et stade de la maladie (graphique)
Atrophie de la substance Segmentation grise: Atteinte IRM classique non spécifique : quel avenir en imagerie ?
CRIC B Bodini D L T Soulier Aigrot B C CENIR C Louapre D S DSV, CEA L Bottin J C F M C M Tenon C Veronese. F s London O London. P Narayana. J 0f Texas. ELA. ANR. CEA and Conclusion
Questions / Réponses
  • Présentation par Bruno Stankoff (0)
  • Quelles conditions d’examen de la SEP ? (26000)
  • Que met-on en avant lors du diagnostic ? Les lésions de la substance blanche (190000)
  • Diagnostics différentiels (370000)
  • Dissémination spatiale et prédiction de SEP après un premier épisode démyélinisant (418000)
  • Apport de I’ injection de gadolinium (534000)
  • IRM et diagnostic : les critères de Mac Donald: 2005 (622000)
  • Simplification des critères IRM de DS+ (722000)
  • Simplification des critères IRM de DT+ (761000)
  • Les lésions corticales (847000)
  • Intérêt diagnostique des lésions corticales pour affirmer la dissémination spatiale ? (939000)
  • Elements pronostics sur une IRM classique (972000)
  • Ce que n'explore pas l'IRM cérébrale (1136000)
  • Valeur pronostique de I’IRM cérébrale initiale (1182000)
  • Lésions T2 et formes secondairement progressives (1300000)
  • Mesure de l'atrophie cérébrale (1339000)
  • Marqueurs linéaires de I’atrophie (1449000)
  • Mesure de l’atrophie ? (1479000)
  • Atrophie de la SG et stade de la maladie (graphique) (1519000)
  • IRM classique non spécifique : quel avenir en imagerie ? (1638000)
  • Conclusion (1817000)
  • Questions / Réponses (1855000)
Bruno Stankoff

Hôpital Tenon, Paris

0
...